RDC/ESU : Vers une autre grève générale suite au non respect des engagements de l’État ?

Quelques semaines après la suspension de la grève des professeurs, chefs de travaux et assistants, l’État congolais n’a toujours pas honoré ses engagements avec le banc syndical.

Alors qu’il était convenu que les travaux de la commission paritaire qui doivent réunir le banc syndical (professeurs, chefs de travaux, assistants), le banc gouvernemental (Ministre de l’ESU, de budget, des finances et de la fonction publique) et les spécialistes (Experts comptables, juristes…), devraient commencer juste après la levée de la suspension de la grève, les professeurs, chefs de travaux et assistants se plaignent déjà du comportement désintéressé du gouvernement congolais.

« La Commission paritaire, un marché de dupes ? Un Espace de Consolidation des clauses du Protocole d’accord du 14 février 2022? Rien n’est encore fait. Bientôt, c’est la fin du Premier Trimestre 2022. On attend toujours et on verra… » a fait savoir le professeur Raoul Ekwapomk coordonnateur national du RAPUCO, ce mercredi 16 mars 2022.

Pour sa part, le chef de travaux M’vutu Ngambele président de Syndicat national des chef de travaux et assistants (SYNACASS) a abordé le sujet dans la même logique.

« Ce que dit le protocole d’accord du 03/02/2022 : « Suspendre la grève pendant la période de la tenue des travaux de la Commission paritaire ». Quand ? Est comme le jour de l’enlèvement? Nul n’en connaît l’heure et le jour. Ce n’est pas le banc syndical qui bloque en tout cas. Les deux actions sont comme deux faces d’un même fait. « L’une étant dépendante de l’autre », sans elle, l’autre ne peut donc, en toute logique, exister.
La commission paritaire est une urgence indiscutable voire la solution ultime », a-t-il dit.

Au regard de l’arrêt des discussions constatées, à en croire les informations parvenues, les professeurs, chefs des travaux et assistants qui se voient rouler par le gouvernement congolais envisageraient une autre grève générale avec la cessation de toutes activités académiques afin de pousser le gouvernement congolais d’honorer ses engagements.

Il sied de noter que plusieurs universités et instituts supérieurs n’ont pas encore repris avec les activités académiques étant toujours en attente de la fin des travaux de la commission paritaire, malgré la suspension de la grève à l’instar de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC).

Rédaction de Simcongo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *