Justice: ECIDÉ qualifie la décision de condamnation de ses militants de « extraordinaire, particulière et inique au sens de la loi » !

Le parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé) a qualifié la décision de condamnation de ses militants d’extraordinaire, particulière et inique au sens de la loi.

Il a fait cette déclaration à travers un communiqué daté du 1er mars 2022 qui est atterri sur la table de la rédaction de Simcongo.net.

Devos Kitoko secrétaire général du parti affirmé que le tribunal a refusé la demande des avocats de la défense de descendre sur le lieu de l’incident pour s’enquérir, notamment auprès d’éventuels témoins, de ce qui s’est réellement passé.

« Il est, en effet, curieux que quelqu’un qui a été tabassé par 30 personnes ait son maillot de corps propre, ses lunettes et sa montre intactes. Contre toute attente, le tribunal a condamné 10 citoyens Congolais innocents à 10 ans de servitude pénale. Cette condamnation est une décision extraordinaire, particulière et inique au sens de la loi », lit-on dans ce communiqué.

Pour le parti de Martin Fayulu, cette condamnation est une démonstration de l’instrumentalisation de la justice.

« Prise, après une instruction bâclée et fantaisiste, cette décision est l’expression d’une parodie de justice en ce que le verdict était déterminé d’avance. Manifestement, c’est un complot politique monté et mené contre les membres de l’ECIDé pour leur faire peur et les museler. Ce procès politique organisé notamment pour satisfaire le régime en place en cherchant désespérément à affaiblir le combat politique de l’ECIDé est une honte et démontre à quel point la justice est instrumentalisée en RDC », a renchéri Devos Kitoko.

Pour rappel, 10 militants de l’ECIDé ont été condamnés à 10 ans de servitude pénale par le Tribunal de Grande Instance de N’djili. Ils ont été reconnus coupables de vol, coups et blessures volontaires et destruction méchante.

Jugés en procédure de flagrance, ils ont été immédiatement mis en état d’arrestation. D’après le verdict rendu public le lundi 28 février dernier, ces condamnés sont sommés de payer aussi une amende de 10.000 dollars américains chacun pour avoir mis la main sur le député national Bruno Kabangu, élu de l’Union pour la Démocratie et le Progrès (UDPS).

À en croire la même décision du TGI, 4 présumés mineurs ayant participé à cet acte qui a eu lieu au Quartier 3 dans la commune de Masina, ont été acquittés et appelés à comparaître devant leur juge naturel.

Timohée Yebe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *