Actualité : La RDC vient de perdre 17 navires (L’Intersyndicale de la SCTP) !

Lors d’une audience qui a eu lieu le samedi 05 mars 2022 avec le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso, l’Intersyndicale de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP) a annoncé que la République démocratique du Congo vient de perdre 17 navires.

De ce fait, la SCTP (ex-ONATRA) a perdu plus de 6,811 millions de dollars américains de revenus.

« Nous sommes le dernier pays au monde où 3 grandes décisions de l’État, à savoir celle du chef de l’Etat prise en Conseil des ministres, le président de la République intime des instructions de fermer tous les ports illégaux, lesquels causent des préjudices énormes sur le plan sécuritaire. Sur le plan économique, la RDC vient de perdre 17 navires. Conséquence : lex-Onatra a perdu plus de 6, 811 millions USD. À cela s’ajoute le dossier de spoliation des maisons par les dinosaures de l’ancien régime, pour la plupart des cas. Au total, il y a 85 villas spoliées. Les noms des spoliateurs ont été transmis au président de l’Assemblée nationale », a révélé M. Armand Osase, président de l’intersyndicale de la SCPT.

Et de poursuivre :

« Auprès du speaker Mboso, nous avons aussi rappelé notre créance de 207 millions de dollars bloquée injustement par le ministre des Finances. Alors que cet argent peut permettre à lex-Onatra de retraiter 2711 agents. La banque est prête, reste au ministre de signer, mais rassurez-vous, ce n’est pas le gouvernement qui va débourser les fonds… On ne comprend pas pourquoi le ministre des Finances qui est censé accompagner la vision du chef de l’Etat, peut bloquer impunément ce dossier de l’ex-Onatra qui est représentée dans 17 provinces sur les 26 que compte le pays», a-t-il ajouté.

Après échange, le speaker de la chambre basse du parlement, a promis à l’intersyndicale qu’il va rencontrer le premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde dans les jours à venir, pour explorer des solutions urgentes à la nouvelle mise en place, à la créance de 207 millions USD ainsi que la spoliation du patrimoine de l’ex-Onatra.

Timothée Yebe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *