Sécurité : Le gouverneur militaire lieutenant général Constant Ndima a rendu hommage aux forces armées congolaises tués récemment par le M-23!

Le samedi 29 janvier 2022, le Gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant général Constant Ndima a rendu hommage aux militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) tués lors d’une attaque attribuée aux présumés rebelles du M23.

En effet, dans la nuit du 24 au 25 janvier dernier dans la localité de Nyesisi, groupement de Kisigari, dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) plus d’une vingtaine des militaires FARDC ont trouvé la mort à la suite d’une attaque des rebelles M-23.

Le vrai bilan définitif de cette attaque n’est pas encore communiqué par l’armée mais les personnes ayant participé à l’inhumation, vendredi dernier des soldats congolais, parlent de 27 éléments des FARDC tués.

Pour l’autorité provinciale, cette perte de ses hommes encourage davantage les FARDC à en finir avec tous les groupes armés qui écument l’Est du pays.

« Les soldats qui dorment ici sont des jeunes venus d’autres provinces. Ils sont morts en train de défendre la patrie. Je dois vous rassure tous ici, que nous ne laisserons même pas un cm de notre territoire entre les mains de l’ennemi. Même ceux qui font des bêtises à Beni, je leur dit que c’est fini pour eux. Nous allons tout faire pour défendre notre pays. A vous chers soldats présents ici, je dois voir la vengeance. Aux épouses et enfants des soldats tombés sur le champ d’honneur, je vous présente les sincères condoléances des autorités du pays, en commençant par le Président de la République, commandant des Forces armées de la police et de l’armée. Le chef d’état major général des FARDC vous rassure qu’il est avec vous. Et nous tous, sommes avec vous » a dit le lieutenant général Constant Ndima, gouverneur militaire du Nord-Kivu.

Pour l’instant, un calme relatif règne dans les groupements Rugari et Kisigari mais les habitants ayant fui au moins six villages n’ont pas encore regagné leurs domiciles. Ils vivent dans la précarité à Rugari centre, Rumangabo, Kibumba et dans d’autres endroits où ils avaient trouvé refuge.

Timohée Yebe/SIMCONGO.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *