POLITIQUE: État de siège, Ceni, RAM…Voici ce qu’avait dit Martin Fayulu dans son meeting !

Martin Fayulu Madidi et Adolphe Muzitu, deux leaders de la coalition Lamuka, ont organisé un meeting populaire, le samedi 09 octobre 2021, à Kinshasa à la place St Thérèse dans la commune de N’djili.

Martin Fayulu Madidi et Adolphe Muzitu, deux leaders de la coalition Lamuka, ont organisé un meeting populaire, le samedi 09 octobre 2021, à Kinshasa à la place St Thérèse dans la commune de N’djili.

Au cours de ce meeting, celui qui vient de prendre la coordination de Lamuka pour les prochains mois, Martin Fayulu s’est exprimé sur plusieurs questions d’actualités.

D’abord, Martin Fayulu a commencé par critiquer sévèrement l’État de siège intronisé par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi au Nord-Kivu et Ituri tout en dressant un bilan négatif “ En 2013, les FARDC ont chassé les M23 (…). Mais pourquoi ne peuvent-ils pas mettre nos militaires dans de bonnes conditions pour aller au front ? (…) Cet état de siège n’est pas vrai. En réalité, ils sont en train de chercher comment ils vont voler nos ressources naturelles. Et nous, nous n’allons pas l’accepter (…) Ils ont fabriqué des usines sur place pour travailler l’or et le coltan du Congo. Mais ils n’ont pas fabriqué ces usines à Goma, à Bukavu, à Bunia afin de permettre aux citoyens de trouver de l’emploi ? C’est comme ça que nous disons qu’ils doivent mettre fin à cet état de siège, nous voulons retourner à l’administration civile et que l’armée fasse son travail, celui de protéger le pays. Le bilan de l’état de siège se présente comme suit : depuis le 6 mai jusqu’au 9 octobre, l’état de siège a déjà fait 156 jours. Durant tous ces jours-là, il y a eu au total 917 civils tués. Au premier mois de l’état de siège, au mois de mai 2021, il y a eu 210 civils tués. Ce qui veut dire qu’il y a au moins 7 personnes qui sont en train de mourir par jour » a-t-il déclaré.

Ensuite, l’ancien candidat à la présidentielle de 2018 n’a pas fait la langue du bois sur l’épineuse question de la CENI « « Il faut qu’on avance. Cette loi qui a été votée au parlement pour la nouvelle commission électorale est mauvaise, nous n’allons pas accepter d’une Céni politisée, mobilisez–vous pour qu’ils arrêtent de déléguer des hommes politiques pour des postes à la Céni. Nous prévenons aussi que nous n’allons accepter aucun report des élections de 2023, pas question de glissement. Enfin, nous disons NON à la fraude, il ne faudrait pas qu’on nous vole encore notre victoire. Pour réformer la loi sur la Céni, il faudrait juste trouver un consensus, il y a encore du temps. Je mets en garde tout le monde. Que Corneille Nangaa n’ose même pas toucher à un seul document de la Céni. Nangaa et son bureau doivent être chassés. L’administration existe à la Céni. Cette administration, comme les princes de l’Eglise de l’ECC et de la Cenco l’ont dit, elle peut faire le travail pour qu’il n’y ait pas de retard. Qu’ils fassent l’inventaire, qu’ils s’apprêtent techniquement. Corneille Nangaa devrait déjà être en prison. » a-t-il dit.

Sur l’affaire de la taxe RAM, Martin Fayulu a déclaré “ Le RAM a déjà généré plus de 260 millions de USD. Où est passé cet argent ? Comme c’est du vol, il n’ y a pas de contrepartie, l’Etat ne le connaît pas. D’où nous voulons le remboursement de cet argent. L’ODEP s’est déjà exprimé à ce sujet et il reste l’IGF. Nous demandons à l’IGF de nous dire où est passée cette somme d’argent là. Qu’elle nous dise aussi qui est à l’origine de l’instauration de RAM (…). C’est bien de parler tout le temps de l’IGF, mais il y a beaucoup de dossiers qui sont restés sans suite pendant que la même IGF est là ”, a déclaré Martin Fayulu.

Signalons par ailleurs que la coalition Lamuka chapoté par Martin Fayulu prévoit une nouvelle marche pacifique le 16 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.