EPST/GRÈVE : « Il n’y a aucun syndicat qui a décrété la grève, je le dis et je l’affirme », Tony Mwaba.

Le ministre de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST), Tony Mwaba a revenu sur toutes les questions d’actualités qui secouent son secteur lors d’une conférence de presse organisée par son collègue de la communication et médias, le jeudi 21 octobre en direct sur la chaîne nationale RTNC sous la conduite

Au sujet des manifestations des élèves le jeudi 21 octobre à l’Assemblée nationale, le ministre Tony Mwaba soupçonne une main noire derrière les élèves et parle de la manipulation.

« Les statistiques indiquent qu’il y avait 447 élèves qui étaient au Palais du peuple. Il y a des élèves qui sont venus de l’institut Yolo sud à Kalamu, vous avez des enfants qui sont venus de l’institut Bakandja toujours à Kalamu, l’Institut Laïc à Ngaba, Saint Gabriel à Ngaba, vous avez le lycée matonge et l’institut ITP. Beaucoup de ces écoliers sont arrivés au Palais du peuple. Tout ceux qui viennent des communes éloignées sont venus transporter dans des bus et quand on les interroge, ils vous disent, on nous a remis chacun 5000 fc, 3000 FC, on nous a dit c’est pour le transport et 2000 c’est pour prendre un coca et les seuls élèves qui sont venus à pieds, sont ceux de l’ITP Bolingo à côté de l’Assanef qui sont allés vers le palais du peuple. Beaucoup ont été transportés dans le bus et déposés là-bas, et ces élèves eux-mêmes qui ont été entendus, ont témoigné celà, c’est la preuve de la manipulation »

Pour la grève des enseignants, le ministre de l’EPST a été très clair.
« Il n’y a aucun syndicat qui a décrété la grève, je le dis et je l’affirme et je le confirme de manière légale et officielle. L’unique syndicat qui l’avait fait, je crois au 5 octobre si je m’abuse, c’était synecat par son secrétaire général qui nous avait saisi d’ailleurs par écrit en nous transmettant le communiqué et le procès verbal de leur assemblée générale et nous avons aussi réagi par le canal de madame la secrétaire générale de l’EPST pour démontrer noir sur blanc que c’était illégal et la suite est connue. Officiellement encore, SYNECAT avait levé la grève et nous a notifié donc, j’affirme et je confirme qu’il n’y a aucune organisation syndicale qui a décrété une grève de manière légale et officielle. Nous assistons à ce que j’ai appelé si c’est une grève pour vous, c’est une grève asymétrique mais, moi je considère comme un mouvement anti-gratuité ».

Il a profité de cette conférence de presse pour louer son parcours depuis qu’il est à la tête du ministère de l’EPST et lance un message clair aux enseignants, parents et élèves.

« Je suis le 35ème ministre de l’EPST de la RDC. En 5 mois, j’ai réalisé ce que personne n’a pu réaliser dans le passé et personne n’a démissionné. 447 élèves étaient ce matin au palais du peuple alors que dans la capitale nous avons un total de plus de 800 élèves à la maternelle, Primaire 17630, Secondaire 21823. Dire que les élèves n’étudient pas est une position extrémiste. Je suis professeur et il m’arrive d’aller aussi en grève. La grève est un droit, je suis d’accord. Mais, elle doit être régulière.
on paie le poste pas l’enseignant. Si l’enseignant reste à la maison, on le désactive. On le remplace par un autre enseignant NU. Ce n’est pas un défi contre les enseignants, qui sont nos partenaires.
Aux élèves, ne sortez plus dans la rue. Aux parents, tirez les oreilles de vos enfants, n’acceptez pas qu’ils soient manipulés par les acteurs que vous ne maîtrisez pas. Aux acteurs politiques, trouvez un autre terrain. Aux enseignants, ne séchez plus les cours », conclut-il.

Timothée Yebe/SIMCONGO.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.