CENI: La communauté internationale au regret de trouver qu’il n’y a pas eu consensus !

La communauté internationale a exprimé son regret à travers un groupe de 18 pays partenaires de la RDC sur le non-consensus au sujet de la Ceni, ce mardi 26 octobre.

La communauté internationale représentée par 18 pays partenaires de la RDC dont les États-Unis, la France, l’Espagne, le Japon la Belgique, le Canada, l’Italie et la Corée du Sud, a fait une déclaration, ce mardi 26 octobre 2021, au sujet du non-consensus sur la désignation des nouveaux animateurs de la commission électorale nationale indépendante (Ceni).

En effet, la communauté internationale se dit au regret de constater qu’il n’y a pas eu consensus sur la désignation des nouveaux animateurs de la ceni.

« S’agissant de la désignation de l’ensemble des membres de la CENI, ils notent, à regret, que les parties prenantes ne soient pas parvenues au consensus, qui constitue un élément important pour renforcer la confiance à l’égard du processus électoral à venir », peut-on lire dans cette déclaration.

De ce fait, la communauté internationale demande aux parties de se concentrer pour l’organisation des bonnes élections.

« Ils encouragent la CENI à renforcer sa redevabilité et l’ensemble des parties prenantes concernées à se concentrer, en vue d’assurer la crédibilité et le bon déroulement des futures élections », ont-ils dit.

En sapeur pompier au sujet du refus de l’opposition de faire partie du nouveau bureau de la commission électorale nationale indépendante, la communauté internationale demande aux autorités de rechercher une adhésion de tous.

« Ils appellent les autorités compétentes à rechercher l’adhésion de tous les acteurs concernés, notamment les partis politiques et la société civile, au processus électoral et à renforcer leur confiance en celui-ci », ont-ils ajouté.

Signalons par ailleurs que la désignation des nouveaux animateurs de la Ceni a divisé la classe politique en deux .
Plusieurs acteurs politiques et mouvements citoyens dont ceux de l’opposition réfutent cet entérinement du nouveau bureau de la Ceni et annoncent des opérations de grandes envergures pour barrer la route à une Ceni politisée.
Alors que le pouvoir en place par le biais du chef de l’État a annoncé le pays ne va plus faire marche en arrière sur ce dossier et demande aux nouveaux animateurs désignés de la Ceni d’organiser les élections libres, transparentes et apaisées.

Timothée Yebe/SIMCONGO.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.