EXCLUSIF-EPST: « Nous n’avons pas levée la grève mais nous avons suspendu la grève », Emmanuel Kanyinda !

Emmanuel Kanyinda président provincial des syndicats des enseignants de la vile de Kinshasa a accordé un entretien exclusif à la rédaction de Simcongo.net, ce lundi 01 novembre 2021.

Dans cet entretien exclusif, monsieur Emmanuel Kanyinda est revenu sur tous les sujets d’actualités qui concernent le ministère de l’enseignement primaire secondaire et technique.

À la question de savoir pourquoi il n’y a pas eu cours dans plusieurs écoles catholiques ce lundi 01 novembre alors que le banc syndical des enseignants avait suspendu la grève le samedi 30 octobre dernier, monsieur Emmanuel Kanyinda n’est pas allé par quatre chemins.

« Nous n’avons pas levée la grève mais nous avons suspendu la grève, parceque nous sommes en négociation avec le gouvernement, étant que syndicaliste formé quand on suspend la grève c’est-à-dire les activités reprennent, alors nous ne comprenons pas ce lundi il y a d’autres enseignants de quelques écoles catholiques qui sont entrain de s’entêter pour rien car leurs représentants nationaux et provinciaux sont ici à Mbwela Lodge en pourparlers avec le gouvernement.
Certainement d’autres écoles catholiques de la Gombe n’ont pas repris mais je peux vous rassurer que d’autres écoles de la Gombe ont repris, et les autres écoles vont suivre peut-être demain ou après demain.
C’est-à-dire que nous avons suspendu la grève et ceux qui ne veulent pas travailler ne vont que s’apprendre à eux-mêmes, parcequ’il y a des lois que nous devons respecter, nous sommes leurs représentants ici à Mbwela Lodge » a-t-il déclaré.

Sur la question comment évoluent les négociations entre le banc syndical des enseignants et le gouvernement, c’est ce syndicaliste et aussi enseignant à l’institut Lemfu 2 de N’djili a affirmé que les négociations proprement dites n’ont pas encore commencé mais il y a de quoi à espérer.

« Jusqu’à présent nous n’avons pas encore commencé, le premier ministre est passé nous voir ici le samedi, disons que tout le gouvernement était ici, c’est qui est sûr les négociations proprement dites n’ont pas encore commencé mais aujourd’hui nous commençons par validation de mandat pour savoir qui est qui et qui fait quoi et après nous allons commencer les négociations avec le gouvernement. Effectivement, d’ailleurs le gouvernement est prêt à augmenter le frais de fonctionnement aux écoles primaires qui servira comme une prime aux enseignants des écoles primaires parce que la gratuité est constitutionnelle au niveau primaire, c’est parmi les éléments où nous avons les garanties, je ne peux vous donner pas tout mais je vous flashe seulement une qui est déjà un acquis, car il y en a beaucoup. Et puis, je vous apprends que le vice-premier ministre ministre d’État Monsieur Lihau avait prononcé un discours le vendredi pour dire au nom du gouvernement que toutes les écoles qui ont été désactivées sont réactivées, peut-être la paie prochaine ils vont tous se retrouver sur le listing », a-t-il dit.

En ce qui concerne les garanties que le banc syndical a sur ces négociations avec le gouvernement, monsieur Kanyinda a reconnu que ce n’est pas pour la première fois que ce genre d’assise soit organisée mais cette fois-ci un bon compromis sera trouvé.

« C’est l’homme politique congolais qui ne respecte pas souvent ses engagements mais cette fois-ci nous sommes sûrs avec ce gouvernement, parce qu’il a montré la bonne foi depuis que nous sommes là, ils ont fait quelques petits efforts, ils ont augmenté le frais de fonctionnement dans les écoles, ils ont ajouté un petit rien pour ce mois qui vient de s’achever ici, alors nous voyons déjà qu’il y a des gestes, c’est un gouvernement qui a commencé au mois de juin, ils sont venus hérités le budget qui était là, mais ils vont chercher comment avoir des crédits pour essayer de bien payer les enseignants au mois de novembre et décembre. C’est ça, nous, nous comprenons parce que nous sommes en face du gouvernement voilà pourquoi nous connaissons des réalités, mais les autres amis ne connaissent pas voilà pourquoi ils tâtonnent, le gouvernement fait des efforts on doit aussi accepter ça, le problème de budget c’est un problème sérieux c’est pourquoi le gouvernement pense résoudre beaucoup des choses en 2022, mais les gens n’ont pas confiance à l’homme politique congolais, mais nous demandons à ce gouvernement de ne pas tomber à ces erreurs là » a-t-il conclu.

Timothée Yebe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.