Affaire libération de Willy Bakonga : ACAJ réaffirme que l’ancien ministre de l’EPST a bénéficié de la grâce présidentielle !

La libération de Willy Bakonga ex-ministre de l’Enseignement Primaire secondaire et technique défraye la chronique en République Démocratique du Congo.

L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) a, dans un tweet, réaffirmé que l’ancien ministre de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST), Willy Bakonga a bénéficié d’une grâce présidentielle.

Cependant, cette organisation constate que c’est le Procureur Général près la Cour d’Appel de la Gombe qu’il ait libéré en lieu et place du Procureur Général de la Cour de Cassation.

« Tout en réaffirmant que l’ex ministre Willy Bakonga a eu droit de bénéficier de l’ordonnance N°21/059 du 28 juillet 2021 de la grâce présidentielle, l’ACAJ est préoccupée par le fait que c’est soit le Procureur Général près la Cour d’Appel de Gombe qu’il ait libéré en lieu et place du Procureur Général de la Cour de cassation », lit-on sur son compte Twitter.

En effet, Rose Mutombo ministre de la justice, a annoncé, à travers, une lettre adressée au procureur Général près la Cour de Cassation, à ce propos, datée du vendredi 26 novembre 2021, que Willy Bakonga a été libéré dans une procédure jugée irrégulière et doit rentrer en prison.

Pour la mémoire, Willy Bakonga et son fils Joël ont été respectivement condamnés à 3 ans et 6 mois de prison. Il était reproché à ces derniers le blanchiment des capitaux et 80.000 dollars d’amende.
Arrêtés à Brazzaville où les services de migration du Congo-Brazzaville avaient même saisi 33.500 dollars cachés dans leurs valises puis expédiés à Kinshasa, Willy Bakonga et son fils ont été jugés en flagrance pour transfert de l’argent sale et dissimulation des fonds.

Timothée Yebe/SIMCONGO.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.