PST: Les enseignants ont remis un mémorandum à Bahati !

Bahati Lukwebo président du Sénat a reçu un mémorandum d’une délégation des enseignants, le lundi 25 octobre 2021.

Bahati Lukwebo président du Sénat a reçu un mémorandum d’une délégation de la synergie des enseignants du Congo, le lundi 25 octobre 2021.

À en croire nos informations, le mémorandum déposé par les enseignants au près de Bahati Lukwebo comprend deux parties à savoir : l’aspect administratif et financier dans le quel les revendications professionnelles des enseignants notamment l’amélioration des conditions sociales sont mentionnées.

« Le mémorandum qui est remis entre les mains de l’honorable président du Sénat comprend des revendications sur le plan administratif et sur le plan financier. Sur le plan administratif, il y a la question récurrente de la désactivation des école… Il y a la question de nouvelles unités, il y a la question de la discrimination syndicale c’est-à-dire il y a des syndicats qui sont mis de côté et on privilégie les syndicats qu’on commande…Il y a également la question des paliers des zones salariales des enseignants des brousses, de provinces, de territoires qui ne touchent pas le même salaire que ceux qui sont à Kinshasa. C’est un des problèmes qui est contenu dans notre mémorandum », a dit Jean Bosco Puna, secrétaire général du syndicat des enseignants catholiques (SYNECAT).
Avant de poursuivre :
« Nous sommes revenus ici pour parler des différentes promesses que le gouvernement a faites aux enseignants, entre autres la question relative de Bibwa, de notre barème, ce barème là jusqu’aujourd’hui n’est pas payé. Le barème de Bibwa prévoit, en ce moment, qu’en principe l’enseignant devrait déjà toucher 800.000 FC mais aujourd’hui nous savons tous que le salaire de l’enseignant, c’est 190.000 FC. Nous pensons qu’on ne peut pas continuer à gérer les enseignants comme ça. Il faut absolument qu’on aille vers ce palier pour que finalement nous ayons une éducation publique de qualité parce que la gratuité doit avoir un contenu » conclut-il.

Rappellons qu’en ce moment les enseignants des écoles catholiques sont en grève et demandent à l’État d’améliorer leur situation sociale.
Récemment le syndicat national des écoles conventionnées catholiques (SYNECAT) avait demandé aux enseignants des écoles catholiques de suspendre la grève et un conseil permanent du dialogue social entre le gouvernement et le banc syndical de l’EPST avait vu le jour afin de permettre la reprise des négociations et faciliter un dialogue permanent entre le gouvernement et le banc syndical de l’EPST.

Timothée Yebe/SIMCONGO.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.